Le projet

L'association DynamoS'olidaire est composée de 3 jeunes orléanais, décidés à mener à bien leur projet qui s'articule autour de deux thèmes majeurs :

DYNAMO SOLIDAIRE
puisque nous allons voyager à vélo de France jusqu'en Inde pour mettre en lumière des initiatives locales de développement respectueuses de l'environnement. car en Inde, nous participerons concrètement à l'une de ces initiatives. Nous apporterons également un soutien financier par la vente des kilomètres que nous pédalerons.

Un fil vert :
rencontrer les acteurs du développement

A vélo :
10 000 Km à travers l'Eurasie

Nous avons prévu de faire 20 reportages de qualité, documentés et intéractifs, nous permettrons au plus grand nombre de suivre notre aventure tout en s'intéressant aux questions d'environnement et développement.

Nous partons pour un voyage de 10 mois à vélo depuis Orléans, notre ville d'origine, jusqu'au Tamil Nadu, au sud de l'Inde.

En Inde :
Aider 200 fermiers à revenir à des techniques agricoles traditionelles

Au delà de nos reportages en route, ce voyage est mis au profit d'un projet en Inde mené par TRD, une ONG indienne; et Frères des Hommes, une association française.
Nous vendons chacun de nos kilomètres pédalés pour apporter 20 000€ pour un projet de formation qui permettra à 200 familles d'acquérir des techniques agricoles et de produire des revenus complémentaires. De plus, à notre arrivée en Inde, nous participerons concrètement au projet pendant 2 à 3 mois.


Les étapes du projet :

2006/2007

Naissance du projet dans nos têtes

Septembre 2007

Première rencontre avec Frères des Hommes

Février 2008

Nous décidons de soutenir le projet d’Ekta Parishad

Mars 2008

Rencontre à Paris avec Rajagopal V.P., leader d'Ekta Parishad.

Juin 2008

Lancement de notre site.

Juin 2008/Mars 2009

Organisation de l'action.

Avril 2009

DEPART !!!

Mars/Juillet 2009

L’Europe à vélo

Juillet 2009

Transsibérien de Moscou à Irkoutsk

Juillet/Décembre 2009

L’Asie à vélo

Premier trimestre 2010

3 mois en Inde pour participer à la mise en place du centre de formation, notamment en témoignant auprès des paysans du Tamil Nadu des exemples d’actions de développement que nous aurons observés sur notre route.

Mars/Décembre 2010

Retour en France, témoignages, expositions, films... pour raconter notre voyage et mettre en valeur nos reportages à travers des manifestations organisées avec l'appui de Frères des Hommes.


Fil vert


Nous partons pour ce long voyage avec l’âme de reporters à deux roues pour aller à la rencontre des acteurs d'un développement local respecueux de l'environnement.
Nous avons pour ambition de mener des reportages de qualité pour permettre au plus grand nombre de suivre notre aventure tout en s’intéressant à une problématique actuelle et incontournable.
Concrètement, nous comptons mener des reportages au fil de notre route. Notre objectif est d’avoir programmé avant de partir au moins un reportage sur une initiative locale par pays traversé. Au total, cela porte à au moins 20 le nombre de reportages.
Mais le hasard des rencontres pourra nous amener à faire plus d’étapes et de reportages que prévu. Notre programme n’est donc pas figé et est voué à évoluer.

Quels acteurs pour quel développement ?

Nous nous intéressons à toutes association, ONG, entreprises mettant en oeuvre des projets locaux soucieux de la préservation de l'environnement et de l'équité sociale.
Nous ne parlons pas de développement durable tant c'est, aujourd'hui, une notion galvaudée, abstraite pour beaucoup.
Nous voulons mettre en lumière des actions menées par des acteurs de terrain qui tentent de trouver des solution concrètes et locales à des enjeux globaux (agriculture biologique, protection de l'eau...)


Diffusion des reportages :

-Via notre sie, dans la rubrique reportage.
-Dans les médias : radio, presse, TV... locales ou spécialisées dans les voyages ou l'environnement.
-Via le site de Frères des Hommes
-Par des rencontres ou mini conférence en Inde


Publics visés :

Vous êtes bien sûr tous invités à suivre notre aventure, mais nous voulons touché plus particulièrement les jeunes :
En France, nous allons à la rencontre de collégiens pour construire des partenariats et diffuser nos reportages.
En Inde, nous allons organiser, avec nos deux partenaires Frère des hommes et Ekta Parishad, des rencontres avec des jeunes pour parler de nos reportages et de notre voyage.


voir les reportages

L'itineraire

voir l'itinéraire


Nous partons pour un long voyage, qui nous fera passer jour après jour et mois après mois de notre ville natale, Olivet au sud d'Orléans, à l'extrême Sud-Est de l'Inde dans la région du Tamil Nadu.


Notre voyage en quelques chiffres
3 cyclistes
10 mois de voyage
13 000 km dont 10 000 à vélo
15 pays traversés dont 11 en Europe
5000 km le long de 2 fleuves : la Danube et le Fleuve jaune
5200 m : l'altitude du col le plus élevé que nous devrons franchir
20 mises en lumière d'initiatives locales


Les portions du parcours que nous ne ferons pas à vélo seront effectuées grâce à des moyens de transports collectifs et terrestres.

En Europe

Départ de la France, pour traverser ensuite l'Europe de l'Est, en longeant le Danube, de sa source jusqu'à son delta au bord de la mer Noire roumaine.

Puis Cap au nord via l'Ukraine et la Russie pour arriver à Moscou sa capitale.

En Russie

Depuis Moscou, nous prendrons le Transsibérien, couperons 5 fuseaux horaires, pour rejoindre Irkoutsk au bord du lac Baïkal, la plus grande réserve d'eau douce du Monde.

De là, de nouveau en selle sur nos vélos, nous entamerons notre descente vers le Tamil Nadu quelques 9000 km plus au Sud.

En Asie

Cette dernière partie du voyage nous permettra de traverser les steppes mongoles, de remonter le fleuve jaune en Chine pendant 2500 km jusqu'à ses sources aux frontières du Tibet, qu'il nous faudra d'ailleurs franchir en passant par des cols à plus de 5000 m.

Arrivés à Katmandou la capitale du Népal, nous descendrons définitivement des montagnes pour rouler au milieu de la plaine Indienne et ce jusqu'à notre arrivée à destination.

Au-delà du défi physique que représente ce voyage, les rencontres que nous ferons au fur et à mesure du périple nourrirons notre projet à travers le fil vert et le dynamo’blog



Notre projet en Inde

Arrivés en Inde en Novembre 2009, notre Dynamo se fera Solidaire au travers de deux objectifs :

Rencontrer plusieurs projets menés par Frères des Hommes et Ekta Parishad en Inde, pour témoigner au retour des réussites de ces deux partenaires historiques

Participer au projet mené par TRD, membre du réseau FEDINA et partenaire de Frères des Hommes, grâce à la vente de nos kilomètres pédalés.
objectif : permettre à quelques centaines de familles du Tamil Nadu de développer des techniques agricoles traditionnelles et biologiques.


Pourquoi un tel projet :

L'Inde, un état en pleine croissance qui se développe au détriment de l'environnement

L'agriculture biologique, une réponse aux problèmes de pauvreté et de pollution dans l'agriculture indienne

L'Inde est l'un des grand pays émergent du XXIème siècle et sa croissance augmente chaque année.
En 2006-2007, l'Inde a annoncé un taux de croissance record de son PIB, à 9,4%.
Dans le même temps, une large partie de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (44,2% en 2001, d'après le rapport mondial sur le développement humain du PNUD)et la pollution est de plus en plus importante :
en novembre 2006, l'Inde était déjà au troisième rang mondial pour les émissions de gaz à effet de serre et les fleuves sont de plus en plus pollués.
En 2002, un rapport du Programme pour l'Environnement des Nations Unies (PNUE) affirmait qu'un nuage de pollution grand comme 7 fois l'Inde s'étendait au dessus de l'Asie.
Cette pollution réduit de 10 à 15 % la luminosité à la surface de la terre et nuit à la fois aux activités et à la santé des indiens :
baisse du rendement de la production de riz , mortalité infantile liée à la pollution de l'eau très importante...

L'agriculture est une activité très importante en Inde (56% du territoire indien est cultivé). Elle a été développée massivement au milieu du XXème siècle pendant la révolution verte.
Aujourd'hui, en raison du prix du foncier notamment, cette agriculture profite essentiellement aux grandes firmes qui monopolisent à la fois les terrains agricoles et les semences, bien souvent OGM, et participe largement à la pollution des sols et de l'eau.
Face à cela, l'agriculture traditionnelle, au sens biologique, apparaît beaucoup plus respectueuse de l'environnement tout en étant rentable grâce à la réduction des coûts d'exploitation liée à ce procédé.
Cependant, la majorité des petits fermiers indiens préfèrent être employé agricole plutôt que de gérer leur propre ferme biologique, à cause du prix de la terre certes, mais aussi car ils ne croient pas en la rentabilité de cette activité.


Les revendications d'Ekta Parishad :

Ekta Parishad revendique au niveau national le droit à l'accès à la terre pour les petits paysans indiens.
Le système de caste, bien qu'officiellement aboli, défavorise les populations les plus marginales. Celles-ci n'ont pas de droit de propriété et sont spoliées des terres agricoles ce qui fait le jeu de grandes firmes internationales auxquelles le gouvernement indien alloue les terrains.
Parallèlement à ce combat politique, Ekta mène des actions locales en milieu rural pour aider les paysans à développer des solutions alternaives à l'agriculture intensive qui a, certes, beaucoup donné aux indiens mais qui s'essouffle aujourd'hui et est véritablement nocive pour la population.


Nos rencontres avec Ekta Parishad seront notamment lisibles sur la page reportages.

La définition de ces visites est en cours et devrait être fixée à la fin de l'été 2009. .

Le projet mené par TRD et soutenu par la vente des kilomètres pédalés :

TRD travaille avec les paysans les plus pauvres, et notamment les femmes et les Dalits depuis 1995 pour développer une agriculture paysanne durable. C’est donc cet axe que le projet financé par la vente de kilomètres DynamoS’olidaire vient renforcer. Le projet financé par DynamoS'olidaire - Frères des Hommes repose sur différents axes :


Formations aux techniques agro-écologiques.

Ces formations ont pour objectif de restaurer la fertilité des sols sans impact négatif sur les revenus des familles et sur l’environnement. Les paysans – et paysannes – apprennent ainsi différentes techniques pour pratiquer une agriculture biologique.

Afin de rendre les formations plus efficaces et de donner plus de visibilité et de potentiel de reproduction à ses activités, TRD a mis en place une ferme de démonstration. En effet, les paysans sont plus motivés à adopter de nouvelles méthodes de culture s’ils voient au préalable que ces techniques fonctionnent sur les champs de la ferme de démonstration. Cela permet de les convaincre bien mieux que par le discours. La ferme couvre actuellement un hectare de terre. TRD y cultive 20 variétés différentes de produits (millets, légumes) et voudrait y développer de nouvelles activités en sus de celles déjà en cours.


Les locaux de TRD, à Trichy, Tamil Nadu



Les parcelles de démonstration pour l'agriculture biologique

TRD formera 100 familles paysannes en différentes étapes :

Une première formation de trois jours permettra aux familles présentent d’apprendre des techniques agricoles biologiques : comment restaurer la fertilité des sols ? quelle plante utiliser pour fixer l’azote ou lutter contre les parasites?

Une deuxième formation aura pour objectif de sensibiliser aux questions de la gestion des ressources sociales : épargne, crédit bancaire, programmes gouvernementaux en faveu de la paysannerie…

A l’issue de ces formations, 25 personnes seront identifiées pour participer à une formation plus approfondie pendant 23 semaines sur leurs propres terres ce qui leur permet de s’approprier les techniques proposées de façon plus pratique et donc plus efficace. C’est pour cela que TRD ne forme pas de nombreux paysans à la fois étant donné l’investissement en temps nécessaire pour mener ces formations sur le terrain. La qualité de la formation est privilégiée par rapport à la quantité.


Mise en place d’un fond de crédit rotatif

Suite à formation, les paysans pourront accéder à un fond de crédit rotatif pour les appuyer dans leurs activités. Ce fond sera reconstitué par les remboursements des premiers participants pour ensuite bénéficier aux suivants.

TRD favorise également les cultures vivrières locales en travaillant sur la production – avec certains paysans – et la distribution de semences traditionnelles locales. Ainsi les paysans ont accès à des semences de qualité sans devoir recourir à des semences industrielles chères. Une banque de semences existe pour conserver ces semences dans les meilleures conditions entre la récolte et les semailles suivantes. Une banque de grain est également en place pour faciliter le stockage des récoltes.


Le bâtiment princpal où se tiennent les formations



Ursula, la responsable du projet devant les terres de TRD

Circuit de distribution

A plus long terme, il pourra être envisagé de créer une filière de producteurs biologiques par le biais d’une coopérative selon le nombre de paysans adoptant les pratiques et techniques de l’agriculture biologiques.

A noter que cette activité est au conditionnelle pour le moment et n’apparaît pas dans la proposition de projet. Elle constitue simplement une piste pour la suite


La position de DynamoS'olidaire :

Investir dans le développement et conserver une neutralité politique :

• D’une part, ce projet s’inscrit dans la durée et le coup de pouce financier que nous apportons à Ekta lui permettra de développer une action qui portera ses fruits longtemps encore après notre départ.

• Enfin, même si nous approuvons les combats de nos partenaires, nous pensons que notre rôle en tant que petite association de jeunes français n'est pas de s'impliquer dans les quesions politiques indiennes. Nous estimons que les seules personnes légitimes pour défendre les droits des petits paysans indiens sont les indiens eux-mêmes.


Le rôle de DynamoS'olidaire au sein de ce projet :

Notre participation repose sur un apport financier, et la mise en place d'échange de compétences, notamment par le biais de nos reportages :

• Notre participation financière au projet de TRD s'élève à 20 000 €.
(fruit de la vente des 10 000 Km que nous pédalerons aux particuliers)

• Sur place, nous serons concrètement impliqué dans le projet en prenant part particulièrement à la partie formation. Nous partagerons les enseignements de nos rencontres avec les paysans du projet. Nous serons donc amenés à nous déplacer pour visiter d'autres "model farms" que celle que nous finançons.

• Promouvoir l'intérêt de l'agriculture biologique auprès des jeunes indiens, qui sont l'avenir des campagnes, pour éviter l'exode rural, un fléo en Inde. Nous organiserons donc des rencontres pour parler de ces questions et partager nos reportages.
(l'ONG française solidarité laïque nous aidera à cette organisation)

La Génèse de DYNAMOS'OLIDAIRE


L'idée du voyage

Notre idée première était la suivante : partir pour le voyage de notre vie en conclusion de nos études et de notre vie scoute, ou en introduction de notre vie d'adulte dans une sorte de voyage initiatique.
Quoi de mieux que le vélo comme moyen de transport pour vivre un tel voyage ? C'est un moyen de transport écolo, pas trop couteux et qui suffisamment lent pour profiter pleinement des régions traversées. Le défi physique que cela représente est en plus l'assurance de vivre des moments intenses.


Le choix de l'Inde comme point d'arrivée.

Nous voulions traverser un continent d'un bout à l'autre sans jamais quitter le sol, pour sentir, jour après jour, l'évolution progressive des paysages, des hommes et des langues. Ce voyage nous permettra ainsi de mieux nous rendre compte et de nous rappeler que la vieille Europe, le centre de toutes nos cartes, n'est qu'une infime partie d'un continent bien plus vaste : l'Eurasie.
Nous avons été intéressé par l'Inde car, comme la Chine, c'est un pays en plein développement qui prend de plus en plus de poids dans le contexte international, néanmoins, c'est l'un des pays les plus pollueurs et où il reste beaucoup de chose à faire pour un développement propre.
De plus, il existe encore, en Inde, de nombreuses inégalités liées aux influences de l'ancien système social indien, notamment dans le secteur de l'agriculture.


Un voyage oui, mais un voyage utile !

Nous voulions que ce voyage soit plus qu'une expérience personnelle, nous voulions qu'il serve une cause qui nous tienne à coeur. C'est pourquoi nous avons mis en place un fil vert autour de l'environnement
La dégradation de l'environement est un fait et elle a de nombreuses conséquences néfastes sur l'Homme et ses activités. De plus en plus, les Hommes en prennent conscience et essayent de trouver des réponses à la fois globales, largement médiatisées, et locales souvent méconnues et pourtant plus aptes à répondre aux enjeux de terrain. Ce sont ces initiatives locales qui nous intéressent tout particulièrement.
Nous voulons, à notre mesure, participer à cette prise de conscience collective, être à la fois témoins et acteurs du changement.

L'idée et le thème du voyage en tête, le concept est venu de lui-même :

D Y N A M O

Pour mettre en lumière les acteurs locaux

S O L I D A I R E

financer et participer concrètement à un projet local en Inde

Pendant toutes les phases de notre projet - en France, en route et en Inde - , nous mettrons en lumière, par des reportages relayés par le dynamo’blog et les sites de nos partenaires, des actions d'hommes et de femmes qui tentent de réhabiliter leur cadre de vie en agissant pour la préservation de l'environnement. C'est le fil vert
La Dynamo, qui permet au cycliste d'éclairer sa route de la façon la plus écolo qui soit - à la force de ses mollets - est le meilleur symbole pour cet aspect de notre projet. Elle évoque à la fois le vélo, l'action, l'écologie et, par sa fonctionnalité, le témoignage.

Notre dynamo sera aussi solidaire :
action en Inde
Dans la continuité du fil vert, en Inde, nous soutiendrons un projet local d'EKTA Parishad, à la fois financièrement et concrètement en travaillant sur place, aux côtés de l'association.


5 € = 1 K M

Un financement original


Les kilomètres que nous allons parcourir à vélo sont le lien entre les deux parties de notre projet : nous mettons en vente 5€ chacun des kilomètres pédalés et chacun peut choisir, sur notre itinéraire, les kilomètres qu'il souhaite acheter.
Acheter des Km

Qui sommes nous ?


Dynamos'olidaire


Nous nous connaissons de longues dates à travers nos nombreuses années chez les Scouts et Guides de France. Les différents camps que nous avons fait grâce au scoutisme nous ont forgé nos premières expériences en matière de voyages solidaires.
C'est ainsi que Thomas est parti en 2003 au Sénégal, où il a participé à la vie d'un « centre de rééducation et d'éducation nutritionnelle », en aidant des soeurs dans leur quotidien auprès de nourrissons souffrant de malnutrition.
Loïc et Tanguy ont été au Liban à la rencontre d'une ONG pour aider à mettre en place un système de gestion de l'eau dans une zone rurale reculée, afin de développer des activités d'écotourisme et d'agriculture traditionnelle, dans une région qui ne vivait jusque là que de la culture de la drogue.

Loïc, 24 ans - Urbaniste.

Après des études d'Aménagement & Développement du Territoire et d'Urbanisme, Loïc travaille aujourd'hui dans le domaine de la rénovation des zones urbaines sensibles en région parisienne.

« Je l'ai souvent vu à travers mes études, la réponse aux problèmes environnementaux et sociaux globaux passe largement par des initiatives locales, plus aptes à répondre aux enjeux de terrain. C'est le terrain de l'Eurasie que je rêve à présent d'arpenter à la rencontre de ces millitants du développement. »

Tanguy, 24 ans - Ingénieur

Diplômé de l'école d'Ingénieur Hydrolique et Mécanique de Grenoble, Tanguy poursuit ses études à l'Institut d'administration des entreprises (IAE) d'Aix en Provence. Actuellement en apprentissage, il travaille sur la réhabilitation de l'étang de Berre.

«Je pense avoir ce qu'on appelle le goût ou encore l'esprit d'aventure. Ce petit truc qui me pousse à découvrir l'inconnu, à aller à la rencontre des gens, à vivre au jour le jour. Ce goût m'a été largement transmis par mes nombreuses années de scoutisme. L'idée d'organiser un grand voyage partagé avec mes amis me trottait dans la tête depuis longtemps. Il fallait qu'il soit utile, qu'il serve à quelque chose ou à quelqu'un. C'est l'esprit du projet « dynamos'olidaire » et c'est pourquoi je me lance pleinement dedans !»

Thomas, 23 ans, futur professeur de Mathématiques

Après une licence de mathématiques à l'université d'Orléans, Thomas est aujourd'hui en master de maths à Bordeaux où il passe le CAPES pour devenir enseignant dans le secondaire.

«Depuis la fin de mon projet compagnon (dernières années scoutes) au Sénégal en 2003, j'ai toujours voulu construire un projet de plus grande ampleur. Dynamos'Olidaire en est l'aboutissement : Au-delà du défi physique, cette aventure va nous apporter une autre vision du monde et, à travers nos reportages, nous permettre de rencontrer des gens actifs à travers l'Europe et l'Asie. Le thème du développement durable me tiens vraiment à coeur, car il reste encore beaucoup de travail pour sauvegarder notre environnement et j'espère que, par la diffusion de reportages et le don de nos bras, nous aiderons aux mieux ces acteurs locaux.

En bref, je suis fier de notre projet et j'ai vraiment hâte de le concrétiser.»


Sylvain, 25 ans - Ingénieur

Après ses études d’ingénieur, Sylvain a obtenu un master en gestion de projets et développement territorial. Il travaille actuellement dans une association spécialisée dans la promotion et le développement des énergies renouvelables.

«Depuis quelque temps, j’ai comme projet de partir à la rencontre d’initiatives exemplaires visant à améliorer les conditions de vie des populations vivant dans les régions froides d’Asie centrale. Afin de mutualiser et de transmettre les techniques d’utilisation de l’architecture bioclimatique et des énergies renouvelables, mon but est de diffuser les expériences vécues, les solutions concrètes et les nouvelles approches développées.
Ce projet étant très complémentaire avec celui de Dynamo’Solidaire, nous avons donc décidé de nous allier sur la première partie de nos voyages respectifs. En associant nos efforts, cela nous permettra de vivre une expérience humaine inoubliable et enrichissante. »


Sylvain participera à notre grande aventure en Europe,

il prendra le départ avec Loïc et Tanguy puis il laissera son vélo à Thomas, qui, après avoir passé son capes, rejoindra l'aventure en Mongolie.
Sylvain, lui, continuera sa route avec son projet initial : « Renewable Energy for Asian Ride » .
Partir à la rencontre de projets exemplaires visant à améliorer les conditions de vie des peuples de montagne d’Asie centrale à travers l’utilisation de l’architecture bioclimatique et des énergies renouvelables.
Retrouvez tous les détails du projet de sylvain sur son site :


www.habitat-solaire-asie.fr


Le budget du projet


Nous avons prévu un budget de 50 000 euros pour cette grande aventure :




www.dynamosolidaire.fr | Accueil | Projet | Partenaires | Soutien | Nous suivre | Blog | Contacts | © Copyright DynamoS'olidaire 2008