De Vienne à Budapest 350 km, du 28 avril au 3 mai


De Vienne à Budapest 350 km à la découvertes de capitales de l'Europe centrale, du 28 avril au 3 mai

Pour voir toutes les photos cliquez ici!



De belles rencontres en bivouac insolites...

Après un long WE à Vienne, nous voici de nouveau sur les routes de l'Europe centrale « en mode camping ». Le premier soir après Vienne, nous campons près de... l'aéroport. Camille qui a passé le WE avec nous vient de nous laisser pour retourner sur Paris, elle aura mis moins de temps à rejoindre Saint Denis que nous à trouver ce bivouac bruyant.

Le lendemain nous voici à Bratislava. Après avoir visité le petit centre historique, nous nous rapprochons des bars et des restaurants de la ville. En demandant le prix d'un plat dans un resto, une dame nous propose de stocker nos vélos le temps de la soirée dans son bureau, une agence de voyage. Nous passerons finalement la nuit là, la douche en prime le lendemain matin!

Plus tard le soir, nous rencontrons 6 jeunes, 3 françaises et 3 slovaques, tous étudiants en urbanisme, avec qui nous discuterons jusque tard dans la soirée de l'histoire récente de la Slovaquie.

Deux jours de vélo nous séparent ensuite de Budapest. Nous perdons près de 20 bornes le premier jour, à faire des détours sur les berges d'une presqu'île gigantesque au milieu du Danube qui se termine en cul de sac, sans pont à l'arrivée.

Le jour suivant, alors que nous approchions de Budapest pour trouver un bivouac à l'entrée de la ville, (sans attendre la nuit tombée pour une fois), Tanguy et Sylvain qui avaient pris un peu de d'avance quittent la route pour voir une Eglise et perdent Loïc. Il mettra 25 km à les retrouver dans les bouchons de la banlieue. En nous séparant nous en avons oublié l'essentiel : nous venons de franchir la barre des 2000 km! Petite photo souvenir au pied de l'Eglise.

Le lendemain, nous entrons dans Budapest....

C'est plus facile de sourire sur les photos quand on traine pas le poids des sacoches!

Quelques changements dans notre train de vie …

Après les journées marathons qui ont caractérisé notre traversée de l’Allemagne et de l’Autriche, notre rythme a beaucoup diminué ces 7 derniers jours, ceci s’expliquant par nos activités touristiques : 3 capitales en une semaine !

Mais malgré ce rythme moins soutenu, il nous a été impossible de tenir notre bonne résolution finir les étapes vers 17 ou 18 heures et de ne plus rouler de nuit. Ceci étant à mettre sur le compte de nos errances sur les îles du Danube et la perte de Loïc à cinq minutes la fin de la journée. Mais promis, c’est pour la semaine prochaine !

La sortie de l’Europe de l’ouest au passage de la frontière Slovaque, s’est très rapidement fait sentir et fut un petit soulagement pour notre portefeuille car les prix sont sensiblement inférieurs à ceux pratiqués en Allemagne et Autriche. Ceci étant surtout vrai pour la Slovaquie. La Hongrie étant plus chère que ce à quoi nous nous attendions et ceci malgré la récession qui touche le pays.

La barrière de langue fut un autre obstacle caractéristique de cette semaine. En effet, ni les bases d’allemand de Tanguy, ni les quelques mots de Russe de Sylvain ne nous ont permis de discuter avec les Slovaques et les Hongrois, qui parlent très peu l’anglais à l’exception des jeunes slovaques.

Enfin, il faut noter l’apparition des premiers moustiques qui accompagnent les chaleurs estivales dont nous bénéficions. Nous avons réussit à les éviter jusqu’à présent, mais cela va nous contraindre à trouver des coins de camping éloignés du Danube pour le reste du voyage !

Nous ne parlons plus la langue et ne faisons plus les courses en euros, chaque jour nous perdons un peu plus nos repères.



Nous avons quitté l’Europe de l’Ouest !

La frontière austro-slovaque représentait un cap. En la franchissant, nous avons quitté l’Europe occidentale pour entrer dans un monde qui est, pour nous trois, totalement inconnu, tant au niveau de la langue, de la culture et des mœurs.

De la Slovaquie, nous retiendrons essentiellement sa capitale Bratislava. Le centre ville est particulièrement coquet et moderne, truffé de monuments historiques et de statues en bronze. Les façades sont fraichement ravalées et les deux grandes places permettent un accès gratuit et illimité au Wifi ! En montant au château, on peut admirer la vue sur les campagnes alentours et sur le reste de la capitale (beaucoup moins coquet celui là), composé de grandes barres d’immeubles sans âmes et de longues rues toutes droites.

La Hongrie nous apparaît pour l’instant sensiblement différente tant dans la campagne qu’à Budapest. On y comprend assez rapidement son appartenance passée à l’empire ostro-hongrois, des rues et monuments de la capitale dédiés à l’impératrice Sisi, aux sous titrage en allemand de quelques enseignes de magasins. Enfin, contrairement à la Slovaquie, la Hongrie n’est toujours pas passée à l’Euro, et le Florint, la monnaie officielle connaît actuellement une inflation importante, enfonçant le pays dans une crise économique délicate.

De notre séjour à Budapest et Bratislava nous garderons le souvenir de deux villes riche d'histoire, jeunes et dynamiques

Pour voir toutes les photos cliquez ici!



posté par Tanguy, Loïc, Sylvain le 05/05/2009

[Commentaires (2)] [Ajouter un commentaire]

Coup de coeur : Le Beau Danube Bleu


De Passau à Vienne, le beau Danube Bleu

Une valse célèbre et un ancien chemin de halage

De Passau à Vienne, le Danube quitte les larges plaines allemandes et serpente jusqu’à Vienne au milieu d’un relief beacoup plus valonné, couvert de forêts de sapins et de feuillus et surplombés de nombreux châteaux.

Est-ce ce décor qui poussa Johan Strauss a composer sa célèbre valse ? Les écrits s’y rapportant sont moins poétiques, mais relatent une histoire assez amusante : Cette valse était au départ un chant, dont les paroles décrivaient les nouveaux éclairages électriques installés à l’époque dans Vienne… Pas vraiment romantique, au point que la chorale viennoise refusa de la chanter. Au bord de l’oubli, Le “Beau Danube Bleu“ trouva finalement son succès lors d’un concert à l’exposition universelle de Paris en 1867. Johan Strauss, scandé par la salle pleine à craquer, dut rejouer la valse 20 fois de suite, mais sans la partie chant !

Le chemin que nous avons suivi pendant ces trois jours est un ancien chemin de halage où jadis jusqu’à 60 chevaux le remontaient en tirant des péniches. Nous tenions à vous fair découvrir plus en profondeur cette jolie partie du Danube que l’histoire a si élégamment appelé “Le Beau Danube Bleu“.

Un peu avant Linz, la partie la plus sauvage du Danube

Pour voir toutes les photos cliquez ici!



posté par Tanguy, Loïc, Sylvain le 03/05/2009

[Commentaires (0)] [Ajouter un commentaire]

L'Autriche de Passau à Vienne (21-27 avril)


De Passau à Vienne, 300 km le long du Beau Danube Bleu :

Pour voir toutes les photos cliquez ici!



Les trois derniers jours d'une longue épopée

Sept jours déjà que nous pédalons depuis Freibourg, au moment où nous passons la frontière entre l’Allemagne et l’Autriche, mardi 21 avril. Objectif, joindre Vienne le jeudi soir pour être à l’heure à notre rendez vous avec Claudia Dankl vendredi à 9h du matin. Elle doit nous présenter les projets de maisons passives mis en place dans toute l’Autriche par OEGUT (organisme à but non lucratif) en réponse à un appel à projet du gouvernement.

C’est donc avec déjà un bon mal aux pattes que nous abordons ces 300 derniers kilomètres avant un repos bien mérité. Mais les paysages sont superbes et il fait beau ! Nous ne résistons pas à l’attrait de cette petite plage en bord de Danube juste après la frontière. Nous y restons longtemps, bien trop longtemps… A 17h 30 enfin nous réalisons que décidément 70 km ne se font pas tout seul et nous partons, longeant la piste cyclable goudronnée au bord du Danube à vive allure.

Tout à coup, celle-ci s’arrête ! On voit un gros panneau « Interdit aux vélos », précédant une grande montée dans les bois. Ni une ni deux, nous décidons de continuer… Bien mal nous a pris, après 30 minutes, l’heure est au bilan : Il est 18h30, le chemin est décidément bloqué, nous devons faire demi-tour. Redescendus, nous comprenons enfin la subtilité : Il faut prendre un bateau pour traverser. Cool, ça c’est bucolique ! Enfin bon, il est 19h et il nous reste encore 50 kilomètres. Nous les finirons bien tard dans la soirée…

Les deux jours suivants furent moins anecdotiques. Le mercredi, nous passons Linz, et avalons sans difficultés les kilomètres. Le soir nous avons un cyber-rendez vous avec Frères des Hommes. Nous intervenons en anglais ( !) dans le cadre d’une soirée débat « l’engagement chez les jeunes dans la solidarité internationale » rassemblant des jeunes de toute l’Europe.

Enfin jeudi, nous atteignons la capitale autrichienne, après une étape marathon de 160 km le long du beau Danube bleu. Ouf, nous posons enfin les vélos ! Nous donnons rendez vous à Joseph un ami de Grenoble de passage à Vienne et passons le WE avec Camille à flâner visiter, arpenter les rues et monuments de cette ville aux valses à mille temps.

Après avoir vu le panneau « Interdit aux vélos », nous décidons évidemment de continuer tout droit dans la forêt.

Bilan sur ces 10 jours de vélo non stop

Arrivés à Vienne, nous avons vraiment été contents de laisser se reposer nos montures. 10 jours, c’est bien mais il n’en fallait pas plus ! Ces 4 jours dans les rues de la capitale, en touristes « ordinaires » ont été très reposant.

Au bilan, nous avons fait grosso modo 100 km par jour, avons été confrontés à la pluie et au vent mais surtout c’est vrai, à un soleil plus que présent ! Le relief était plutôt plat, même si souvent le « Donau Radweg », comprenez la piste cyclable qui suit le Danube, fait des écarts et part en grosses montées sur les collines environnantes.

Aussi pouvons-nous dire que par vent de dos, avec soleil et en terrain plat ou petite descente, il est possible de parcourir 130 km sans trop de problème. Evidemment, dans de moins bonnes conditions, cette moyenne passe plutôt à 70 !

Enfin l’hygiène… Plusieurs choses : nous trouvons pour l’instant très souvent des toilettes publiques où nous pouvons nous laver. Plutôt chouette. Par contre, notre rythme de vélo, où plutôt notre non rythme, nous a contraint plus d’une fois à finir de nuit, trouvant un lieu de bivouac temporaire à la lampe frontale. Evidemment, dans ce cas nous ne faisions pas de toilettes et nous nous glissions directement dans nos sacs à viandes de duvet, laissant tranquillement notre sudation imprégner durablement le tissu. Un bon lavage machine à Vienne et une réflexion profonde sur l’avenir de ces raids nocturnes s’est donc imposée !

Couché de soleil sur les collines environnantes. Nous sommes encore à une cinquantaine de kilomètres de notre lieu de bivouac.



L’Autriche, sa capitale et le beau Danube bleu

C’est l’aspect plus rural de l’Autriche qui nous fait ressentir le changement de pays, bien plus que la quasi inexistante douane qui les sépare. Alors qu’en Allemagne nous parcourions de très grandes étendues cultivées entre des villes moyennes, l’Autriche est plutôt caractérisée par un habitat rural et dispersé. Nous avons aussi remarqué la quasi inexistence de panneaux solaires sur les toits alors que ces derniers étaient très présents en Allemagne.

Le Danube quant à lui c’est beaucoup élargit. Mais ses berges étant beaucoup moins aménagées qu’en Allemagne et les vallées beaucoup plus encaissées, il présente beaucoup plus de charmes que lors de nos dernières étapes allemandes. C’est d’ailleurs cette partie du fleuve qui à inspiré Strauss pour sa très fameuse valse « Le Beau Danube Bleu ».

Vienne est une immense ville qui regroupe plus de 20% de la population autrichienne. Située au cœur de l’Europe, elle fut le centre névralgique des différents empires qui se sont succédés du Saint Empire Germano Romain à l’Empire Austro-hongrois. De très nombreux monuments témoignent encore de cette époque de prestige dont le château de Schönbrunn, résidence d'été des Habsbourg-Lorraine d’où nous surplombons la capitale.

Le palais de Schönbrunn, résidence de la princesse Sissi, d’où l’on surplombe Vienne.

Pour voir toutes les photos cliquez ici!



posté par Loïc, Sylvain, Tanguy le 28/04/2009

[Commentaires (1)] [Ajouter un commentaire]


www.dynamosolidaire.fr | Accueil | Projet | Partenaires | Soutien | Nous suivre | Blog | Contacts | © Copyright DynamoS'olidaire 2008